All Title Author
Keywords Abstract


Le Giulietta e Romeo de Riccardo Zandonai : une création nationaliste en ordre de marche Riccardo Zandonai’s Giulietta e Romeo: When Nationalism Marches On

DOI: 10.4000/lisa.4733

Keywords: nationalisme , livret , fascisme , Gounod Charles , Giulietta e Romeo , Zandonai Riccardo , Rossato Arturo , Bandello Matteo , Barbarin Berto , Bellini Vincenzo , Mussolini , Opéra , Shakespeare , nationalism , libretto , fascism , Première Guerre mondiale , Marche sur Rome , Middle Ages , World War One , March on Rome , Moyen- ge , Italie , Italy , rewriting , Réécritures , paratexte , critiques , lecture , paratext , critics , interpretation , Rome , Trentin-Haut-Adige , Trentino Alta Adige

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

Giulietta e Romeo, une création nationaliste en ordre de marche se veut une lecture croisée de l’ uvre de Shakespeare à travers le regard du compositeur Riccardo Zandonai confronté à la tradition littéraire et musicale européenne et à travers celui du public et des critiques italiens dans un contexte historique marqué par le renforcement de l’idée nationale et la montée du nationalisme fasciste. Si rien dans le drame (texte et musique) ne laisse transpara tre les forces antagonistes en présence, les paratextes (lettres, articles de journaux...) nous livrent nombre de détails significatifs pour notre analyse. Si le compositeur souhaite l’adhésion du public italien en faisant référence, dans sa création, aux sources italiennes du drame et non au texte de Shakespeare, le choix pour cette uvre particulière le relie, de fa on détournée, à la tradition littéraire et musicale européenne. S’il refuse, par ce biais, le modernisme des avant-gardes, il n’échappera pas, dans l’après-coup – la date de création de l’opéra en 1922 est aussi très symboliquement celle de la marche sur Rome et la prise de pouvoir par Mussolini –, à une lecture nationaliste de l’opéra par un pouvoir étatique fasciste. This article analyses Riccardo Zandonai’s Giulietta e Romeo as a reading of Shakespeare’s tragedy through the double perspective of the eyes of the composer, immersed in the European literary and musical tradition, and those of the public and of the critics in the historical context of widespread nationalism and rising fascism. If nothing in the opera hints at the antagonistic forces at work, the paratext, letters and newspaper articles, provides significant details. If the composer seeks his Italian audience’s approval by referring to the medieval Italian sources of the story and not to Shakespeare’s play, this choice indirectly links him in a roundabout way to the European literary and musical tradition. If he then refuses the modernism of the avant-garde, he will not manage to prevent his opera from being interpreted as a nationalistic work by the fascist state, as, significantly, his opera was first performed in 1922, the year of Mussolini’s March on Rome and seizure of power.

Full-Text

comments powered by Disqus

Contact Us

service@oalib.com

QQ:3279437679

微信:OALib Journal