oalib

Publish in OALib Journal

ISSN: 2333-9721

APC: Only $99

Submit

Any time

2019 ( 401 )

2018 ( 527 )

2017 ( 552 )

2016 ( 822 )

Custom range...

Search Results: 1 - 10 of 359038 matches for " élodie Nédélec "
All listed articles are free for downloading (OA Articles)
Page 1 /359038
Display every page Item
Risk bounds for statistical learning
Pascal Massart,élodie Nédélec
Mathematics , 2007, DOI: 10.1214/009053606000000786
Abstract: We propose a general theorem providing upper bounds for the risk of an empirical risk minimizer (ERM).We essentially focus on the binary classification framework. We extend Tsybakov's analysis of the risk of an ERM under margin type conditions by using concentration inequalities for conveniently weighted empirical processes. This allows us to deal with ways of measuring the ``size'' of a class of classifiers other than entropy with bracketing as in Tsybakov's work. In particular, we derive new risk bounds for the ERM when the classification rules belong to some VC-class under margin conditions and discuss the optimality of these bounds in a minimax sense.
Marginalité et référence dans Le Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.328
Abstract: Peut-être, en littérature, le référent est-il essentiellement lié à la marginalité (les frères Goncourt ne définissaient-ils pas l’écrivain comme un composé d’homme du monde et de criminel ?). Le référent ne pourrait-il pas en effet être défini comme ce qui est en marge de la littérature, ou plus exactement comme ce qu’elle met dans ses marges ? Et tout dépend de la fa on dont on con oit les marges : soit on les voit faites de ce vide papier que la blancheur défend , et il n’y a rien dans...
Stratégies d’insertion d’une langue dans la langue : le cas de l’argot
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.326
Abstract: Ainsi que le rappelle Roger Chartier, même si l’ uvre qu’on lit est rédigée dans la langue qu’on parle, elle […] ne prend de sens qu’à travers les stratégies d’interprétation qui construisent ses significations.Ces stratégies sont encore plus nécessaires et évidentes quand le sens se dérobe ; car notre langue n’est pas forcément une langue que nous comprenons dans toute son étendue, parce qu’elle est aussi constituée de lexiques particuliers, qu’ils soient techniques, scientifiques, archa...
Ecoute, lecteur... : la représentation de la lecture dans L’Autre monde de Cyrano de Bergerac
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.421
Abstract: L'Autre monde, ou les Etats et Empires de la lune de Cyrano de Bergerac s'ouvre sur une conversation : les amis du narrateur s'amusent à proposer des définitions burlesques de la lune ; tout à coup, celui-ci s'écrie :Et moy, [...] je croys sans m'amuser aux imaginations pointu s dont vous chatouillez le temps pour le faire marcher plus viste, que la Lune est un monde comme celuy-ci à qui le nostre sert de Lune.On se moque de lui ; mais il ne renonce pas à son hypothèse :Cette pensée dont la h...
Rire des liturgies au XVIIe siècle : une preuve de libertinage ?
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.2013
Abstract: Le frontispice [fig. 1] d’une édition des uvres de Molière parue à Bruxelles en 1694 représente la représentation théatrale comme organisée selon un certain rituel, celui d’une cérémonie publique, avec, de part et d’autre, des actants qui regardent et sont regardés, mais pas tous au même degré d’implication, ni avec le même r le, dans l’action complexe engagée. On observe notamment, de part et d’autre d’une rampe qui sépare très nettement deux espaces, selon une ligne à la fois matérielle et...
Haro sur le pédant
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.422
Abstract: L'idée de cette communication est venue de la perception d'une sorte de paradoxe : jamais la littérature de fiction ne s'est autant moqué qu’au xviie siècle de ceux auxquels les institutions, ou leurs pratiques, accordent le statut de savants (ou sachants , selon la distinction que faisait Barthes entre écrivains et écrivants), à travers la figure invariablement ridicule, dérisoire et infréquentable du pédant . Or, dans le même temps, la littérature de fiction, soucieuse de se donne...
Marc-Antoine Legrand : Cartouche, ou les Voleurs (1721) : analyse et étude de l’argot
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.327
Abstract: L’aspect le plus exceptionnel peut-être de la démarche du dramaturge attitré de la Comédie-fran aise, Marc-Antoine Legrand, fut la visite qu’il fit en prison au célèbre brigand Cartouche, visite pour laquelle il s’était fait accompagner du comédien qui devait jouer son r le dans la pièce que Legrand était en train d’écrire, Jean-Baptiste Quinault, dit Quinault l’a né. Mathieu Marais, auteur d'un Journal sur la Régence et le règne de Louis XV, rapporte qu'un complice de Cartouche, Balagny, ava...
Propositions pour une histoire de la catégorie burlesque
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.331
Abstract: Il s’agit ici de chercher à comprendre ce qu’on fait, en particulier au xviie siècle, mais pas seulement, quand on use de la catégorie burlesque et ce que c’est que cette catégorie, assez problématique, dans la mesure où elle met en série (où l’on retrouve l’inventaire) d’une part des textes repérés comme littéraires – ce qui n’est pas sans déjà poser problème, dans la mesure où le classement comme burlesque peut valoir comme déclassement comme littéraire – et des comportement...
Burlesque et interprétation
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.329
Abstract: Je voudrais mettre cette communication sous une triple égide (on n’est jamais trop bien protégé) :celle de Rabelais,Et posé le cas qu’au sens literal vous trouvez matieres assez joyeuses et bien corrrespondentes au nom, toutesfois pas demourer là ne fault, comme au chant des Sirenes, ains à plus hault sens interpreter ce que par adventure cuidiez dict en gayeté de cueur. (Gargantua, prologue)celle de Montaigne,Il y a plus affaire à interpreter les interpretations qu’à interpreter les choses, ...
Le lecteur du xviie siècle et l'argot. Problèmes de lisibilité et de pertinence
Claudine Nédélec
Les Dossiers du Grihl , 2007, DOI: 10.4000/dossiersgrihl.319
Abstract: Nous nous proposons d'étudier ici quelquesdifficultés présentées par la mise en place du lecteur virtuel, et la substitution du lecteur réel au lecteur virtuel, dans des textes qui utilisent un langage "risqué", l'argot, parce qu'il pose à la fois des problèmes de compréhension (de fa on réelle ou fantasmatique, il n'est argot que s'il est réputé secret) et de tolérabilité (comment un écrivain peut-il parler à ses lecteurs le langage du crime ?). Comme le lecteur réel est un être dans l'histoire, nous nous servirons comme base d'analyse de trois textes situés dans un contexte historique précis, le début du 17ème siècle : un extrait du roman intitulé la Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens (roman anonyme signé du pseudonyme de Péchon de Ruby, Lyon, 1596), un poème tiré des Premières Oeuvres poétiques du capitaine Lasphrise (par Marc Papillon, seigneur de Lasphrise, Paris, 1597) et une scène de la Comédie de proverbes (par Adrien de Montluc, comte de Cramail, Paris, 1634). Mais il est d'abord nécessaire de définir quelque peu ce qu'il faut entendre par argot.
Page 1 /359038
Display every page Item


Home
Copyright © 2008-2017 Open Access Library. All rights reserved.