oalib

Publish in OALib Journal

ISSN: 2333-9721

APC: Only $99

Submit

Any time

3 ( 2 )

2019 ( 40 )

2018 ( 252 )

2017 ( 225 )

Custom range...

Search Results: 1 - 10 of 21757 matches for " imaginaire social "
All listed articles are free for downloading (OA Articles)
Page 1 /21757
Display every page Item
Les pièges de l'évaluation
Georges Bertin
m@gm@ , 2008,
Abstract: Entre déstructuration et restructuration, ce que nous observons, c’est un imaginaire social qui entre en dérive, ne pouvant plus jouer son r le instituant de régénération, il est mis en surveillance, réprimé par le jeu des normes (ceci intervient d'ailleurs le plus souvent dans les périodes moralisatrices et puritaines, de reprise en main du corps social et l'on observera avec intérêt la co ncidence des injonctions d'institutions vides de leur sens et des schémas des aménageurs qui se substituent au politique sur fond de retour à l’ordre moral). La reconnaissance de l'imaginaire en ses deux composantes le radical et le social est sans doute la clef qui permet de dépasser les ruptures de sens induites par la modernité technocratique.
Utopie et religion chrétienne
Virginie Alnet
m@gm@ , 2012,
Abstract: Qu’est-ce qu’une utopie ? Une telle question, de par la pluralité des définitions du concept qui existe et les controverses qu’elle provoque, amène à de vastes considérations. Il ne s’agira pas ici de chercher à énoncer les définitions de manière exhaustive, mais d'essayer de construire un cadre conceptuel qui pourrait donner lieu à l'usage pratique de ce concept, potentiellement capable de devenir un instrument sociologique utile.
L’utopie avant l’heure : La République de Platon
Beno?t Quinquis
m@gm@ , 2012,
Abstract: La frontière entre ce que la modernité distinguera sous les dénominations d’utopie pratique et d’utopie théorique n’étant pas étanche dans La République de Platon, il peut être tentant de comparer ce dialogue aux Lois afin de voir quelles propositions relèvent du pratique ou du théorique, mais c’est mal poser la question : en effet, le dialogue étant premièrement théorique d’un point de vue politique, il est plus intéressant de le prendre comme tel et de rechercher ensuite comment une cité existante peut prendre en compte cet idéal régulateur que la philosophie lui propose. Il faut aussi tenir compte du fait que la dimension pratique du dialogue s’exerce surtout à l’égard de l’ame humaine et qu’il est tout aussi intéressant de déterminer dans quelle mesure le propos de La République recoupe l’enseignement éthique dispensé à l’Académie, dont le Phédon offre un aper u saisissant : si l’on peut parler d’utopie avant l’heure concernant La République, c’est moins au nom de cette interpénétration du théorique et du pratique, qui est également le fait de bon nombres d’utopies modernes, qu’au nom de cette interpénétration du politique et de l’éthique que la modernité a souvent tendance à oublier ; Platon n’invite nullement à faire violence à la cité pour la rendre parfaite malgré elle, comme ont pu le faire les totalitarismes modernes, mais plut t à se faire violence à soi-même pour devenir sage et juste : ce précurseur de l’utopie qu’était Platon n’avait pas pour but ultime le meilleur des mondes mais d’abord le meilleur des hommes.
Utopia
Georges Bertin,Orazio Maria Valastro
m@gm@ , 2012,
Abstract: Au-delà des utopies culturelles, politiques et sociales projetées depuis l’Antiquité classique dans nos imaginaires sociaux via les Arts et Lettres ou les discours politiques annon ant des sociétés idéales jamais réalisée, il existe aussi ce que l’on nomme aujourd’hui des utopies concrètes , même si l’’expression sonne, pour certains, comme un oxymore. D’un c té, donc, un mouvement créant dans un espace du nulle part et partant de l’imaginaire vers l’action, car quand comme l’a écrit Paul Ricoeur, l’homme n’advient qu’au travers de ces pratiques et lorsque l’imagination devient instituante , constitutive de la réalité sociale, le développement de perspective nouvelles constituent la base même de l’Utopie. Mais ces Utopies restent dans le domaine d’une Universalité largement convenue. Les Utopies organiseraient donc, sans en cl turer le sens, une rencontre de l’Imaginaire et du Réel articulant et rendant possible deux univers que tout semblait différencier, si ce n’est opposer.
La mondiaterranée. Ou la méditerranéisation du monde.
Hervé Bonnet
m@gm@ , 2010,
Abstract: Toutes nos boussoles indiquent le Nord. D’ailleurs, de quelqu’un qui a perdu la raison ne dit-on pas qu’il a perdu la boussole ou le nord ? L’identification de la rationalité et de ce point cardinal n’est pas innocente. Mais s’il y a du Nord, déterminé, reconnaissable, identifiable en tant que tel, cela ne signifie t-il pas que nous évoluons dans une dimension géographique qui, loin d’être ordonnée à un espace neutre et homogène, relève bien plut t d’une spatialité différenciée toute empreinte d’hétérogénéités locales ? Et si, comme le veut une des maximes de la tradition philosophique, toute détermination est négation , ne devrions nous pas alors nous questionner, nous, peuples du Nord, quant à l’essence de ce Sud par rapport auquel nous nous déterminons en nous y opposant, f t-ce sous couleurs de non opposition ? En réalité, le sud est véritablement notre nord au sens où, culturellement et intellectuellement, le mouvement général d’occidentalisation du monde que certains ont pu reconna tre et penser sous le vocable de mondialatinisation implique un phagocytage mondial par le Sud. Mais la question se pose de savoir de quel Sud s’agit-il ? Nous tacherons de montrer que ce processus historique et historial du déploiement de l’empire du Sud est ordonné et opéré par cet espace matriciel à bien des égards au regard de l’occident que constitue la Méditerranée. Nous verrons en quoi la Méditerranée, appréhendée dans sa dimension propre, c'est-à-dire par delà sa stricte restriction à une aire géographique, peut être pensée comme l’orient de l’histoire du monde et la source des possibilités de l’Avenir de l’humanité.
I fiori del madorlo: le microutopie di Topolò e Paralup nel paesaggio dell'utopia
Augusto Debernardi
m@gm@ , 2012,
Abstract: I fiori del mandorlo sono i primi fiori che sbocciano quando l’inverno non è ancora del tutto finito e ne segnano la fine. Sono anche un simbolo di giovinezza, di rinascita. La mitologia fa risalire la nascita del mandorlo al’evirazione cruenta di Agdistis, essere bisessuale nato dalla fecondazione della terra dal seme di Zeus che non riesce a fecondare Cibele. Agdistis interpreta il ruolo della ferocia che spaventa perfino gli dei dell’Olimpo, dunque la sua evirazione pare annunciata. Ma c’è anche un’altra narrazione, più romantica, dovuta alla compassione che la dea Atena provò per Fillide che temendo di essere stata abbandonata dal proprio promesso sposo, Demofonte (o Acamante) figlio di Teseo, oppure che esso fosse morto, si tolse la vita. La pietà della dea fece sì che Fillide fosse trasformata nel mandorlo. Demofonte quando tornò in Tracia e seppe della morte della sua promessa pianse tanto abbracciando il mandorlo ed Atena, allora, trasformò quelle lacrime in fiori anche se il mandorlo era ancora privo di foglie. La fioritura si ripropone così all’inizio di ogni primavera, di un nuovo ciclo. Non ci sono ancora le foglie, ma già ci sono i fiori….
De l’esprit d’utopie à la construction du devenir
Zsuzsa Simonffy
m@gm@ , 2012,
Abstract: C’est sur la question de l’articulation entre l’utopie et l’engagement, dans un même cadre conceptuel, que nous nous proposons de nous arrêter ici. Grande est la fortune de ces termes. La philosophie, les sciences sociales ou encore l’histoire littéraire ont ouvert de vastes champs de recherches que la réflexion contemporaine ne cesse d’enrichir. Recourir à ces champs de la philosophie, des sciences sociales et de l’histoire littéraire ne serait-il pas alors suffisant à nous fournir un cadre conceptuel tout solide ? Notre réponse est négative dans la mesure où si l’utopie et l’engagement ont été largement abordés au sein de ces disciplines, ils ont été aussi abordés séparément sans constituer pour autant un couple de termes. La littérature abondante ne témoignant pas de la parenté étroite entre ces deux termes, nous partirons à la découverte de leur conjonction possible dans un corpus relativement restreint. Nous proposerons de suivre un parcours au terme duquel leur conjonction ne nous para tra pas comme accidentelle mais comme consubstantielle. Dans ce parcours, nous nous appuierons fondamentalement sur des écrits de Chamberland (1983a ; 1983b) pour émettre l’hypothèse selon laquelle c’est précisément cette relation consubstantielle qui servira de bases, à l’issue de la Révolution Tranquille à la mise en conscience de la condition québécoise.
Peste émotionnelle et imaginaire social chez Wilhelm Reich
Georges Bertin
m@gm@ , 2003,
Abstract: Il est pour nous frappant, presque au sens premier, de constater aujourd'hui que les analyses sociologiques posées par Wilhelm Reich voici 70 ans sont à nouveau d'une extrême actualité. Alors qu'une des grandes voix de l'analyse critique, celle de Castoriadis, bien éloignée des sophismes actuels de nouveaux philosophes s'évertuant surtout à accéder aux prébendes publiques et éditoriales, s'est éteinte depuis maintenant six ans, alors que les politiciens s'évertuent, sur les scènes de la Société du Spectacle, à faire assaut des procédés de communication les plus dérisoires pour masquer leur absence de pensée politique, jamais notre société post moderne n'a en effet été aussi proche de cette crise des significations imaginaires sociales que Reich nommait déjà, dans les années 30, peste émotionnelle.
L’utopie esthétique-sociale des images photographiques qui contestent la représentation classique des milieux défavorisés
Katia Machado
m@gm@ , 2012,
Abstract: Depuis la fin des années 70, le célèbre photographe brésilien Sebasti o Salgado produit des portraits en noir et blanc des personnes touchées par la souffrance sociale. Notamment des populations des pays du Tiers-Monde. Bien qu’il ne s’agisse pas de photographie d’art, ses images priment par la qualité de leur composition esthétique. Les partisans du réalisme social en photographie lui adressent des critiques virulentes affirmant que esthétiser ce type de réalité sociale la dépolitise . On verra dans cet article que néanmoins c’est justement l’ esthétisation qui permet à son énonciation photographique de transcender le monde réel mettant en évidence la possibilité d’autres mondes possibles. L’utopie est un exercice de l’imagination pour penser un "autrement qu’être" du social. . De manière transversale, nous parlerons également du caractère utopique du projet social au Brésil "Olhares do Morro" qui entreprend de donner aux habitants des favelas de Rio la possibilité de produire une iconographie propre pour ainsi s’approprier de la construction de leur identité sociale . L’ambition de cette initiative collective est d’utiliser la photographie comme instrument de transformation sociale. Habitués à être objet de représentation du regard stigmatisant, les habitants des favelas défient les détenteurs de la culture dominante, qui leur refusent toute forme de reconnaissance sociale, produisant des images de leur citoyenneté. Il ne s’agit pas de nier le caractère déplorable de la misère qui les entoure mais de faire voir que malgré la précarité des moyens de vie c’est un milieu où il se déploie beaucoup d’ingéniosité, de créativité, de sociabilité. L’utopie, en ce sens, est l’expression de toutes potentialités d’un groupe qui se trouvent refoulées par l’ordre existant.
L'utopie de l'espace artistique et social: transformer les consciences par l'art
Orazio Maria Valastro
m@gm@ , 2012,
Abstract: J'ai rencontré Antonio Presti, président de la Fondation Fiumara d'Arte, pendant l'été 2011 à l'Art Hotel - Atelier sur mer, situé à Castel di Tusa dans la province de Messina. Notre entretien s'est déroulé devant la mer de la c te nord occidentale de la Sicile. Nous avons discuté des projets et des activités de la Fondation au service de l'utopie : donner corps à l'utopie moyennant l'art pour éduquer la communauté à la beauté, cette utopie qui prend corps depuis 1982 en Sicile, pour la transmettre comme futur à un réseaux d'utopistes et aux prochaines générations. Discours et pratiques de l'utopie relèvent ici d'un dénominateur commun recouvrant un élément thématique transversal, l'expérience émotionnelle du voyage comme purification par le rêve de l'art en terme de valeurs éthiques. L'éducation par l'esthétique dans la jouissance de l' uvre d'art rétablit une pédagogie symbolique, éduquant par l'art à l'énergie universelle représentée par la dévotion à la beauté : inspiration à un faire utopique vivifiant un nouvel état social et culturel s'opposant au néant qui travaille cette société, consumériste et matérialiste, par l'accompagnement symbolique des rites de la lumière hélant l'accès au régions de la connaissance spirituelle. Quelles sont ainsi les caractéristiques du discours et de la praxis utopique faisant l'objet de notre réflexion autour des utopies contemporaines ? Ce n'est que par une analyse des marqueurs spécifiques de l'utopie, les trais communs dégagés par Lucien Sfez structurant la condition nécessaire de toute analyse portant sur les utopies, que allons saisir les discours et les activités de la Fondation Fiumara d'Arte.
Page 1 /21757
Display every page Item


Home
Copyright © 2008-2017 Open Access Library. All rights reserved.