oalib
Search Results: 1 - 10 of 100 matches for " "
All listed articles are free for downloading (OA Articles)
Page 1 /100
Display every page Item
L’art public dans la ville.
Christian Ruby
EspacesTemps.net , 2002,
Abstract: Lorsqu’il se déploie dans les lieux publics sous la forme d’ uvres plastiques contemporaines, on le voit, mais on ne le regarde pas toujours. Et, curieusement, si les passants en parlent beaucoup parce qu’ils en deviennent spectateurs, il n’a guère de statut théorique dans les commentaires des intellectuels. L’art public contemporain, à l’égard duquel nous proposons, depuis peu, quelques réflexions 1 , met mal à l’aise les essayistes. Déjà l’art public de la ...
La privatisation des espaces publics dans la ville de Yaoundé (Cameroun) : le cas des activités commerciales
PUO Elom
Africa Development , 2011,
Abstract: La ville de Yaoundé est remarquable pour son cosmopolitisme. De ce fait, on y trouve représentées toutes les ethnies du Cameroun. Cette interculture nous permet de constater que les individus appartenant à la même aire culturelle se retrouvent souvent ensemble, si bien que dans certains quartiers, on a l’impression d’être dans des villages. Cette ruralisation ou, mieux, cette villagisation entra ne une occupation abusive de l’espace et des conflits fonciers à peine dissimulés entre les autochtones et les allochtones de cette ville. On observera ainsi que, pendant les cérémonies: les routes sont barrées et ce, parfois pendant des jours. Les espaces verts, eux, subissent l’assaut des activités culturales. L’autre phénomène qui pose problème est celui de la vente des terrains publics par les autochtones qui s’en réclament propriétaires. Notre préoccupation porte sur l’occupation des espaces publics pour les activités commerciales. A ce propos, il n’est pas rare dans la ville de Yaoundé de voir les trottoirs occupés par le petit commerce et des espaces publics réquisitionnés par des particuliers pour construire ou implanter des boutiques ou autres hangars commerciaux. Et lorsque l’Etat, légitime propriétaire, tente de résoudre ce problème de domanialité, il se heurte à la résistance des envahisseurs qui ne veulent plus s’en aller, au point qu’il est obligé de faire appel à la violence. Une analyse anthropologique de ce phénomène nous amène à relier l’occupation anarchique de l’espace public à la ruralisation du milieu urbain ; elle est conséquente du fait que, les autochtones, qui n’ont plus de village et veulent conserver un certain traditionalisme, se font propriétaires de ces espaces. Le regroupement des individus selon leurs obédiences ethniques les amène à considérer ces lieux comme leurs fiefs d’origine.
Le r le des traductions et des réécritures dans le voyage des récits sur la ville d’Istanbul
?ule Demirkol
Synergies Turquie , 2012,
Abstract: Partant du postulat que les villes peuvent être analysées en tant que discours et lues comme textes culturels , le présent article se propose d’étudier les récits d’Ahmet Hamdi Tanp nar et d’Orhan Pamuk sur la ville d’Istanbul, comme traductions du texte inscrit dans la ville. à l’aide d’une étude de cas qui porte sur le fameux livre de Pamuk intitulé Istanbul : Souvenirs d’une ville, nous explorons les choix et l’attitude de Pamuk en tant que traducteur de la ville et ré-écrivain de Tanp nar. Nous cherchons par-là à illustrer le r le des traductions et des réécritures dans la création d’une nouvelle image pour Istanbul.
Analyse d'un paysage multifonctionnel dans la zone périurbaine de la ville de Tlemcen. Le parc national de Tlemcen-Algérie  [cached]
Bencherif K.
SHS Web of Conferences , 2012, DOI: 10.1051/shsconf/20120301002
Abstract: Dans le contexte périurbain étudié, le paysage le plus marquant est forestier, malheureusement toujours fragile vis-à-vis des paysages urbains et agricoles environnants. L’analyse des risques paysagers aux interfaces forêt-agriculture-bati devrait être donc intégrée dans les futurs projets d’aménagement. Pour la ville de Tlemcen, ces risques sont, dans le contexte de l’urbanisation (espace péri-forestier) l’appropriation privée de l’espace forestier, les zones de dép ts et les plantes invasives inutiles. Dans le contexte du défrichement pour l’urbanisation (forêts périurbaine), ces risques sont le recul de la forêt et la confrontation forêt-habitat alors que dans le contexte de l’accueil du public (forêt domaniale de Tlemcen) le risque est surtout l’artificialisation de la forêt. Face à ces risques, des actions à envisager sont une définition précise des vocations de l’espace forestier et péri-forestier, la prévision de zones tampon entre forêt-habitation de 200 mètres minimum, la prévision d’espaces de transitions entre forêt-habitation et forêts-espaces agricoles et surtout une concertation entre les principaux acteurs que sont les citadins, les riverains et les forestiers. Ces actions devraient être appuyées par des outils législatifs adaptés comme le code des forêts, code de l’urbanisme, l’instruction pour l’aménagement forestier paysager ainsi que les compagnes de sensibilisation.
Philippe Hamman (dir.), Le Tramway dans la ville. Le projet urbain négocié à l’aune des déplacements  [cached]
Maxime Huré
Métropoles , 2011,
Abstract: L’ouvrage dirigé par Philippe Hamman est aujourd’hui incontournable pour ceux qui s’intéressent à la fabrique de l’urbain et aux questions de mobilité en ville. Il est incontournable au niveau de son objet d’étude. En effet, le tramway est de retour dans de nombreuses villes européennes. Il participe à transformer l’organisation spatiale, sociale ou encore institutionnelle des villes. Mais l’ouvrage est aussi incontournable car le Tramway dans la ville pose toute une série de question...
La ville selon Babar: espace urbain et ville-modèle dans les années 1930  [PDF]
Laurent GRISON
Mappemonde , 1997,
Abstract: L'analyse de deux représentations urbaines présentes dans les albums pour enfants de Jean de Brunhoff nous permet de mettre en évidence la diffusion des recherches géographiques et urbanistiques dans les années 1930.
A Capa e batina. Le para tre étudiant dans la ville universitaire de Coimbra (Portugal)  [cached]
Séverine Carrausse
Apparence(s) : Histoire et Culture du Para?tre , 2012,
Abstract: La ville universitaire de Coimbra est aujourd’hui encore le lieu où un ensemble de pratiques liées à la tradition étudiante locale se déploient. Transféré de Lisbonne à Coimbra en 1537, le corps académique se distinguait alors par ses habits universitaires et opérait dès lors par son mode de vie une division tant sociale qu’urbaine. Toujours prégnante, la tradition académique, appelée Praxe, est mise en scène par la population universitaire dans des topographies et des temporalités spécifiques. Le costume solennel des étudiants, a capa e batina, renforce la normalisation de cette coutume étudiante qui est ouvertement donnée à voir ; ses usages et ses espaces d’action sont autant d’indices de la représentation étudiante et de son évolution depuis le Moyen ge. Nous montrerons ainsi en quoi la ville de Coimbra et la cape noire de l’étudiant font l’étudiant, en quoi ces deux symboles sont, dans le jeu du para tre, garants d’une identité provisoire et consensuelle, à savoir être étudiant. A Capa e batina. The university students'appearances in the university town of Coimbra (Portugal) - The university town of Coimbra still remained a place where a whole set of practices linked to local university students’ tradition are highly present. Having moved from Lisbon to Coimbra in 1537, the university staff and students were then distinguished by their formal dress and by their lifestyles which brought about a social and urban division. Still very much in use, this academic tradition, called Praxe, is played out by the university population into specific topographies and temporalities. The formal dress of university students, a capa e batina reinforces the normalization of this academic custom which is openly displayed ; its uses and its spaces of action all are indications of the university student’s representation and of its evolution since the Middle Ages. We will show in which way the city of Coimbra and the black cape constitute the identity of the university student, and in how those two symbols are, within a problematic of appearances, the tokens of a provisional and consensual identity: being a university student.
La ville, espace public pour la femme espagnole au XVIIIe siècle : le regard du voyageur fran ais  [cached]
Inmaculada Tamarit Valles
Voix Plurielles , 2011,
Abstract: L’appropriation de l’espace urbain par la femme espagnole au XVIIIe siècle marque le début d’une faible émancipation de la femme et, en même temps, de son adoption de nouveaux r les dans la société de l’époque. Les voyageurs fran ais en Espagne décrivent avec un mélange d’étrangeté et de fascination les habitudes de ces femmes qui, réduites depuis toujours à la représentation d’un r le spécifique dans l’espace privé, profitent de la ville en tant qu’espace ouvert où elles peuvent agir en liberté.
Quand l’art public (dé)fait la ville ?
Pauline Guinard
EchoGéo , 2010,
Abstract: La ville de Johannesburg est la première et la seule ville sud-africaine à avoir adopté depuis 2007 une politique d’art public. Cette politique s’insère dans le cadre d’un projet urbain plus vaste par lequel la municipalitéentend se (re)définir comme une ville globale post-apartheid. L’art public serait ainsi un moyen de concilier promotion de la croissance économique urbaine et dépassement des divisions héritées de l’apartheid. Pourtant, à partir de l’étude d’une de ces uvres d’art paradigmatique, il est possible de montrer que l’art public tel qu’il est promu par la municipalité peine à s’affranchir du legs de l’apartheid et à créer du lien social dans les espaces publics. Cette difficulté de l’art public municipal à être plus que l’art dans l’espace public tiendrait-elle au modèle d’art public choisi ou, plus fondamentalement, résulterait-elle d’une incompatibilité des objectifs mêmes de cette politique ? The City of Johannesburg is the first and the only South African city that has implemented a “Public Art Policy” since 2007. This policy fits into a wider urban project thanks to which the City aims at (re)defining itself as a post-Apartheid global city. Public art is conceived as a means to reconcile promotion of economic urban growth with overtaking of the divisions inherited from Apartheid. Nevertheless, in the light of an emblematic case study of one of these artworks, it is shown that public art as promoted by the municipality struggles to free itself from the legacy of Apartheid and to create social interaction into public spaces. Is this difficulty of municipal public art to be more than art in public space a result of the model of public art chosen? Or, more crucially, is this linked with the incompatibility of the goals of the policy?
The impact of a pilot water metering project in an Indian city on users’ perception of the public water supply Impact pédagogique de l’introduction de compteurs sur les utilisateurs du service d’eau public dans une ville indienne El impacto didáctico de la introducción de medición sobre los usuarios del servicio de abastecimiento de agua público en una ciudad en India  [cached]
A. Amiraly,A. Kanniganti
Field Actions Science Reports , 2011,
Abstract: Purpose – This article concerns a developmental experience in the water sector, namely the introduction of water metering in an Indian city, in the framework of a French water company’s technical assistance to the local public water authority. We address the impact of the introduction of the water meter, an object that crystallizes a symbolic part of the management model of the French company, on the local water supply context and socio-political environment, focusing in particular on how trust between the users and the service providers is reconfigured.Methodology – The methodology consisted of an exploratory field survey with 37 households in the pilot water metering area.Findings – The water meter is an artefact highlighting users' perception of water and society. The user reinterprets its function, mainly perceiving it as a tool to monitor the consumption of water, dissociated from the dimension of payment. As soon as the issue of payment based on consumption comes into the picture, then the trust the user has developed in the private foreign company is displaced towards the public authority. Objet – Cet article porte sur une expérience comportementale dans le secteur de l’eau. Dans le cadre d'une mission visant à fournir une assistance technique à une compagnie des eaux publique locale, une société de distribution d’eau fran aise a mis en place des compteurs d’eau dans une ville indienne. L’aspect principal de cette expérience a porté sur la transposition du compteur d’eau, objet qui symbolise le modèle de gestion de l’entreprise fran aise, dans le contexte local d’alimentation en eau et l'environnement socio-politique indien. Nous avons examiné l’impact de cette introduction en nous intéressant plus particulièrement à la modification de la relation de confiance entre les utilisateurs et les fournisseurs de service.Méthodologie – Un sondage qualitatif sur le terrain portant sur 37 foyers dans la zone pilote.Résultats – Le compteur est un objet qui permet de mettre en évidence la conception qu’ont les utilisateurs de l’eau et de la société. L’utilisateur réinterprète la fonction du compteur, le percevant essentiellement comme un outil permettant de suivre la consommation d’eau et non comme un outil associé au paiement. Dès que le paiement basé sur la consommation entre en jeu, la confiance que l’utilisateur a acquise dans l’entreprise étrangère privée se déplace vers l’organisme public. Propósito – Este artículo concierne una experiencia de desarrollo en el sector del agua, concretamente la introducción de la medición del suministro de agua en una
Page 1 /100
Display every page Item


Home
Copyright © 2008-2017 Open Access Library. All rights reserved.