All Title Author
Keywords Abstract


Les emprunts lexicaux dans le Coran

Keywords: juda sme , hébreu , emprunt lexical , arabe , araméen , syriaque , akkadien , ougaritique , sudarabique , Coran , Torah , Targum , Peshitta , Arabie , islam , christianisme

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

L’ouvrage d’Arthur Jeffery, The Foreign Vocabulary of the Qur’ān, Baroda, (1938) est le dernier à traiter exhaustivement des emprunts lexicaux coraniques. Ce lexique des 275 mots étrangers du Coran, en dehors des noms propres, reprend des travaux datant d’une époque où les emprunts lexicaux étaient au c ur des préoccupations des orientalistes dans leurs quêtes des origines de l’islam. Tout au long du siècle dernier, cette étude a souffert de la richesse des sources citées. Elle a été vue comme un travail accompli alors que pour l’auteur il s’agissait de rassembler tout ce que la science avait pu produire sur la question. Elle devait servir de point de départ, alors que les recherches se sont arrêtées là. Aujourd’hui, ces travaux sont dépassés, mais ils restent incontournables.Dans cette contribution, nous passons en revue l’ensemble des problèmes posés par ce volume tant au niveau de la liste des emprunts que de l’origine des mots. Les hypothèses d’emprunts répertoriées par A. Jeffery nécessitent d’être révisées et actualisées à plusieurs niveaux : d'une part, en intégrant les connaissances linguistiques nouvelles, notamment dans le domaine de l’ougaritique et de l’épigraphie nordarabique et sudarabique, qui n’en étaient qu’à leurs débuts en 1938, et d'autre part, en les reconsidérant dans leur contexte politique et socioculturel. L’enjeu est important, puisque ces emprunts constituent une trace historique des contacts anciens des populations arabes avec leur environnement. Ils participent à une meilleure compréhension du texte coranique, et plus largement à l'histoire des débuts de la langue arabe.

Full-Text

comments powered by Disqus