全部 标题 作者
关键词 摘要


La politique scientifique à Berlin

DOI: 10.4000/crcv.11449

Keywords: sciences , Frédéric-Guillaume de Brandebourg , Frédéric Ier Prusse , Leibniz , Allemagne , Berlin , XVIIIe siècle

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

En 1667, le Grand électeur Frédéric-Guillaume de Brandebourg publiait un document qui annon ait la fondation d’une cité internationale universitaire de Brandebourg pour les sciences et les arts. Cependant, ce projet ne fut pas réalisé. à cette époque, il existait à Berlin la bibliothèque et le cabinet de raretés du prince électeur. Mais Berlin resta sans université jusqu’au début du xixe siècle. Le fils du Grand électeur, l’électeur Frédéric III (devenu le roi Frédéric Ier de Prusse en 1701), établit la Société des sciences de Brandebourg en 1700 qui changea de nom à plusieurs reprises, mais qui existe encore aujourd’hui sous le nom d’Académie des sciences de Berlin-Brandebourg. Leibniz, qui en a élaboré les statuts, devint son premier président encouragé par l’épouse de l’électeur, Sophie-Charlotte. D’autres institutions scientifiques berlinoises ont vu le jour dans le courant du xviiie siècle : l’Observatoire (1709), le Théatre anatomique (1713), le Collège médico-chirurgical (1724), le Jardin botanique (1744), l’Observatoire chimique (1753). Tandis que le nouveau roi prussien Frédéric-Guillaume Ier dédaignait l’académie leibnizienne, son fils Frédéric II – après l’avoir réorganisée – la baptisa Académie royale des sciences et belles-lettres , de sorte qu’elle connut un apogée pendant son gouvernement.

Full-Text

comments powered by Disqus