全部 标题 作者
关键词 摘要

Astérion  2011 

Le mythe de la démonstrabilité résiste-t-il encore ? Remarques sur l’orientation des réponses anonymes Is the myth of demonstrability still valid? Comments on the orientation of anonymous answers

Keywords: certainty , metaphysics , Preisfrage of 1763 , mathematics , demonstrative method , experience , expérience , métaphysique , Preisfrage de 1763 , certitude , mathématique , méthode démonstrative

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

La Preisfrage de 1763 était, à l’époque, incroyablement actuelle. En effet, autour de 1761, à l’Académie de Berlin et en dehors d’elle, une somme de facteurs vint menacer la supériorité incontestée de la méthode démonstrative. Même si l’optimisme suscité par les mathématiques était encore victorieux, le paradigme de la certitude absolue était imperceptiblement en train de se transformer. On se distanciait d’un certain cartésianisme et, pour utiliser le mot de Voltaire, au compas de la mathématique on ajoutait le flambeau de l’expérience . On jugeait le réquisit pur de la déduction logique trop élevé pour l’entendement humain, et l’on avait tendance à souligner les traits sensibles du plan syntaxique des figures géométriques ou des preuves des faits. Cette circonspection concernant la rhétorique de la démonstrationest bien visible dans les pages anonymes des réponses à cette Preisfrage : la plupart sont favorables à l’évidence géométrique en métaphysique, mais le scepticisme vis à vis des démonstrations mathématiques inflexibles est palpable. Le pruritus demonstrandi contenait-il déjà en lui-même, par son outrance, le germe du futur dédain pour les démonstrations en philosophie ? It was an incredibly topical question that the Berlin Academy set in 1763. Indeed, a number of factors came to threaten the undisputed superiority of the demonstrative method at and around the Berlin Academy in 1761. Even if the optimism raised by mathematics still prevailed, the paradigm of absolute certainty was changing imperceptibly. Cartesianism was becoming less popular and, to use Voltaire’s word, “the torch of experience” was added to “the compass of mathematics”. The pure requisite of logical deduction was deemed too demanding for human understanding. The circumspection concerning the rhetoric of demonstration is obvious in the anonymous pages of the answers to this Preisfrage: most of them are favourable to geometric evidence in metaphysics but scepticism towards inflexible mathematical demonstrations is manifest. Was pruritus demonstrandi containing the germ of the future disdain for demonstrations in philosophy?

Full-Text

comments powered by Disqus