全部 标题 作者
关键词 摘要


’Les Baoulé ne sont pas des oiseaux pour manger du riz’. Food, migrations and ecology in South-West Ivory Coast

Keywords: migration , corn , rice , yam , deforestation , climatic change , diet convergence , public policy , Ivory Coast , migration , ma s , riz , igname , déforestation , changement climatique , convergence alimentaire , politique publique , C te d’Ivoire

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

La C te d’Ivoire est le plus grand théatre des migrations cacaoyères en Afrique sub-saharienne, depuis le Sahel et les régions de savane vers les forêts humides du golfe de Guinée. Dans tout le sud-ouest de la C te d’Ivoire, se c toient trois grands groupes de populations, les autochtones, les migrants d’originaires du centre du pays, et les migrants venus du Burkina Faso, ayant construit des modèles alimentaires spécifiques avant de se rencontrer. L’objectif est d’identifier les évolutions depuis leur rencontre dans les forêts du sud-ouest, puis d’en expliquer les déterminants. Les données collectées auprès de 110 planteurs, par questionnaires et interviews, sont limitées à la composante alimentaire des céréales, tubercules, banane plantain. Le résultat le plus important est une conversion partielle des régimes alimentaires des migrants vers le riz, longtemps l’alimentation de base des autochtones. Au cours de la même période de 30 ans, les autochtones suivent un chemin opposé, réduisant leur consommation de riz, abandonnant presque la production. Pour expliquer cette énigme sociologique, les thèses néo-malthusiennes appliquées à la C te d’Ivoire, un temps contestées, sont remises à l’ordre du jour, teintées d’innovations boserupiennes. à la croisée des changements écologiques, économiques et sociaux, la raréfaction des terres, la disparition des forêts au cours du déroulement du cycle du cacao, l’accès différencié au travail, jouent un r le décisif dans ces changements alimentaires, via des bouleversements dans les systèmes de production et les rapports sociaux. The Ivory Coast is the largest space for cocoa migrations in sub-Saharan Africa, extending from the Sahel and savannah regions to the rainforests of the Gulf of Guinea. In the southwest of Ivory Coast, three major population groups live side by side: natives, migrants coming from the central region of the country, and migrants coming from Burkina Faso. Each group had built its own particular food patterns and habits before they met. The aim of this paper is to identify the evolution since they met in this region and explain the determining factors. Data obtained from questionnaires and interviews passed with 110 farmers is limited to the following dietary components: cereals, tubers and plantain. The most important finding is the partial conversion of migrants’ diet to rice, which used to be natives’ daily diet. During the same 30-year period, natives followed the opposite path, reducing their rice consumption, almost abandoning rice production. To explain this sociological enigma, neo-Malthus

Full-Text

comments powered by Disqus