All Title Author
Keywords Abstract


La fonction publique en Suisse : analyse géopolitique d’un fédéralisme à géométrie variable

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

Bien que présenté comme un modèle de stabilité, le fédéralisme est constamment remis en question. Le but de l’article est de présenter quelques-unes de ses caractéristiques lues à travers les effectifs de la fonction publique en Suisse. Pour ce faire, nous distinguerons quatre types d’employeurs : Confédération, cantons, communes et corporations de droit public, lesquels représentent 10,5 % du total des actifs en Suisse. Nous analyserons la densité administrative, la variation des emplois et le degré de décentralisation selon la culture, le territoire et la religion. Il ressort que la fonction publique intermédiaire, c'est-à-dire les cantons, joue le premier r le avec ses 140'000 emplois en équivalents plein temps (EPT) sur un total de 328'000, en hausse de 10,3 % par rapport à 2001. Les communes comptent 38 % des agents publics (+3,6 % par rapport à 2001), loin devant la Confédération, 11 % du total (en perte de vitesse : -1,2 %) et les corporations de droit public, 9 % du total (+14,5 %). Le taux d’administration est plus élevé dans la partie francophone que dans la partie germanophone, ainsi que dans les centres économiques et les zones frontières. Les écarts entre les cantons peuvent varier du simple au triple. En fait, deux modèles politico-administratifs transparaissent : le premier cantonaliste et davantage étatiste dans la partie latine, l’autre communaliste et décentralisé, dominant dans la partie germanophone. Le quotient de décentralisation administrative montre de grandes différences entre l’est et l’ouest, qui s’estompent toutefois avec la modernisation des institutions et le repositionnement de la Suisse face à l’Europe.

Full-Text

comments powered by Disqus